Now Reading:
Tensions inter-communautés au Nord-Kivu : les Hutus Congolais dénoncent la pression tribalo-ethnique dont ils sont victimes de la part de leur concitoyen Nande
Full Article 5 minutes read

Tensions inter-communautés au Nord-Kivu : les Hutus Congolais dénoncent la pression tribalo-ethnique dont ils sont victimes de la part de leur concitoyen Nande

Depuis peu,  un conflit latent s’observe entre les communautés hutus congolaises et Nande malgré que ces dernières donnent l’impression de  vivre  en harmonie  au  Nord Kivu. Le Président de la communauté hutu de Goma,  Emmanuel Gashamba a présenté  son indignation ce mardi 19 mai 2020 à la presse. Peu après, il a  procédé à un  retour forcé  d’une vingtaine des membres de sa communauté  chassés  à Kanyabayonga  après avoir tenter  de suivre  leur famille  en Ituri via Butembo.  Très en colère, ils les mettent en garde sinon, ils vont se prendre en charge.

les victimes de ce traitement et leurs frères de Goma , peu avant de monter sur des véhicules pour retourner à Masisi

Emmanuel GASHAMBA soutient  qu’il ne  comprenne  pas  la haine tribale leur infliger  par les compatriotes Nande en province  du Nord-Kivu. Pourtant, ils sont appelés  à  vivre ensemble malgré les diversités culturelles : «  nous sommes très navrés parce qu’ en date du 14 mai dernier,  il y a des hommes, des femmes et des enfants de la communauté Hutu qui ont été interceptés à Kihisi  dans un véhicule de transport en commun  et ont été obligés de retrousser leur  Chemin  » déclare-t-il  en poursuivant qu’ils sont de retour à Masisi car provenant de Kishishi à Bambo dans le territoire de Rutshuru. Selon  ce responsable,  ces familles composées pour la plupart des femmes et des enfants fouillaient  les atrocités entre les FDLR et l’armée rwandaise.  Maintenant après deux semaines ayant appris l’accalmie dans le Masisi,  ils s’organisent  pour rentrer chez eux. Curieusement   certains jeunes filles et garçons de la communauté Nande leur ont bloqués l’accès aux  moyens de transport en commun et sont parvenus à intoxiquer les propriétaires des FUSO pour que,   ces congolais  ne puissent pas voyager,  ce qui est une grave violation à la liberté des personnes garantie  pourtant par la constitution se désole  Emmanuel Gashamba.

?

Ils ont été stigmatisés

Il  encore  regrette le fait  qu’après avoir subi cette humiliation, ces jeunes   parlant la dialecte Nande ont alertés la police de la Mairie. Cette dernière  est venue prendre  manu militari ces compatriotes bien identifiés  avec les pièces  d’identités en main.  Le même jour,   il y aurait  un nombre de 21 Hutus qui venaient d’arriver à  Kilijiwe,  dans la ville de Goma en provenance de Luhanga. Ces derniers  ont  fuit également  les affrontements entre Nyatura et NDC rénové dont les médias informent  chaque jour. Ils seront inquiétés dans les familles  d’accueil, les qualifiant comme des réfugies Burundais par la même communauté précitée.  Un  retour forcé dans leur milieu d’origine  sera  organisé : «  mais soudainement certains jeunes identifiés comme  Nandes se sont mis ensemble pour appeler la police qualifiant ces Hutus des FDLR, soit des burundais qui revenaient au chef-lieu de la province du Nord Kivu  »  dénonce-t-il en ajoutant que  la police les a amener à la Mairie et après des  enquêtes,  elle s’est finalement t rendu compte que ce sont les Hutus qui venaient de Luhanga et seront  relâchés. Emmanuel Gashamba dit être alerté ce 18 mai 2020 par le Président territorial de la communauté Hutu à Rutshuru au sujet de 44 membres de sa communauté qui ont été cillement choisis dans 3 bus éparpillés, au niveau de Kanyabayonga.  Les agents de l’ordre ont demandés à chaque membre de la communauté Hutu de sortir du bus et rester à cause du confinement. Un faux alibi en béton  crée de toutes pièces  dénonce Emmanuel  en soulignant qu’ils se rendaient dans la province de l’Ituri pour se rendre au deuil des membres de leurs familles qui vivent déjà dans ce coin de la RDC.   Il dénonce également la stigmatisation car  les  autres communautés ont été autorisées de voyager mais seul sa communauté a été pointée du doigt pour être bloquée.

Il reconnait que les Nandes sont acteurs de développement

Il félicite par ailleurs les actions positives de développement ensemble avec les deux communautés en conflit mais ne comprend d’où provient cette haine tribale à l’égard de la communauté Hutu dont il est Président Provincial et se retrouvent partout comme dans la politique, à l’école… mais sur le plan de déplacement les Nandes annoncent une grave haine tribale envers sa communauté car à Masisi, à Rutshuru, à Walikale et dans les territoires de la province du Nord Kivu,  les Nandes vivent sans être inquiétés par les autres communautés.

Le Représentant de la Communauté Hutu du Congo au Nord-Kivu  émet le vœu de voir que  les politiciens puissent  cesser de manipuler les jeunes Nandes créant ainsi une haine tribalo-ethnique  contre  les Hutus. Il pense que , ceci   peut créer des incidents graves  un jour  dont  il sera difficile  de rectifier  dans un court délais. Gashamba a martelé  que,  les Hutus se retrouvent dans plusieurs pays de l’Afrique comme au Rwanda, en Ouganda, au Burundi, en Tanzanie, au Zimbabwe. Il a fini sa dénonciation  par un appel à la cohabitation pacifique entre les communautés mais aussi organisé  un dialogue franc entre ces  deux communautés afin de trouver une solution durables à leurs  problèmes. Contacté, un habitant de Kilijiwe   , de la communauté Nande  mise en cause ,  répond que c’est un faux débat car selon lui , on ne peut pas se déplacer en masse dans une région en proie à l’insécurité comme Beni et Butembo.   Mbusa Boyoli  en dit plus : «   nos frères Hutu doivent savoir que  la sécurité est une affaire de tous. Pourquoi ce sont eux seulement qui peuvent voyager en grande équipe ? Butembo et Beni enterrent toujours nos morts et devons être prudents » insiste-t-il en ajoutant  qu’ils attendent un moment favorable pour voyager et seul  un à un sinon  ils seront toujours objet  de poursuite  et deviendront leur cible  parce que nos vies en dépendent.

 Norbert Mwindulwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.