Now Reading:
RDC-Goma : L’avortement clandestin occasionne plusieurs cas de décès des femmes
Full Article 3 minutes read

RDC-Goma : L’avortement clandestin occasionne plusieurs cas de décès des femmes

L’enquête menée auprès de plusieurs médecins de Goma, de nombreux avortements ont toujours donné lieu à des complications traitées dans un établissement de santé. En guise de solutions, les gynécologues  recommandent  le renforcement des initiatives d’offre des services de contraception de haute qualité aux femmes et aux couples Gomatraciens. Il avance des statistiques spectaculaires des avortements.

Le Dr. Pacifique Ndaganda, gynécologue au centre hospitalier  « AMANI », dans la commune de Karisimbi, a reconnu, lors de nos interviews accordées ce 04 Juillet 2019 dans son cabinet de travail, que les avortements clandestins courants en RDC en général  et  à Goma  en particulier, constituent  un vecteur contribuant  à l’accroissement de nombreux  cas des décès des femmes. Se référant ainsi au dernier cas  en date, d’une  jeune fille  qui se fait tué  en voulant se débarrasser de son fœtus  à un centre de santé dont nous taisons le nom. Il a également fait à l’illusion aux   dernières données statistiques en sa possession. Ce  médecin Spécialiste estimé ’autour de 146.700, le nombre d’avortements pratiqués en 2018  en RDC.

Des études  en sont claires

Par ailleurs, les résultats d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de Goma, ne relèvent qu’un taux d’avortement représentatif de 56 cas pour 1000 femmes en âge de procréer. Cette étude fournit les premières estimations de l’incidence de l’avortement  en RDC, où la procédure est strictement interdite par la loi, sans exception. Les chercheurs ont également calculé l’incidence de la grossesse non désirée dans cette ville en 2018, indiquant que plus de sept  grossesses sur 10 tombaient dans cette  catégorie d’avortement.

Ce taux relativement élevé de grossesses indésirables est  lié à de très faibles niveaux de pratique contraceptive moderne. Cette étude ajoute  que,  parmi les femmes Gomatraciennes  mariées, 25 % seulement recourent à cette pratique alors que,  70% d’elles  déclarent  ne pas désirer d’enfants à court terme ou rien du tout. « La grossesse indésirable  est la cause profonde de la plupart des avortements et nous avons constaté à Goma que, sur l’ensemble de ces cas, la moitié de celles-ci sont rompues délibérément »  déclare ce spécialiste  gynécologue.

Un avortement rassuré pour protéger la vie 

Pour le Dr Clovis Kabuka de la structure sanitaire Docs, bien que le code pénal de notre pays, la RDC  interdit catégoriquement l’avortement, il est acceptable que,  la procédure soit pratiquée pour sauver la vie d’une femme et, dans des cas  rares, les femmes peuvent obtenir à celui-ci,  des soins d’avortement médicalisé.

Hors-mis  ces circonstances particulières,  les procédures d’avortement recherchées par les femmes sont clandestines et souvent pratiquées dans des conditions très  périlleuses.

En conséquence,  les résultats de cette  étude, de  nombreux  cas d’avortements ont toujours donné lieu à des complications traitées dans une structure  sanitaire. Pour des  solutions durables, notre source  recommande le renforcement des initiatives d’offre des services de contraception de haute qualité aux femmes et aux couples Gomatraciens. A l’échelle mondiale, on a estimé à 25,5  millions le nombre d’avortements non sécurisés en septembre  2017 dont 8 millions d’entre eux ont été pratiqués dans des conditions dangereuses  ou très risquées. Chaque année, 4,7% à 13,2%  des décès sont attribués à un avortement  non sécurisé  renseigne un rapport d’étude  de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La majorité de ces types d’avortements, soit 96%, ont été pratiqués dans les pays sous-développés,  en Afrique, en Asie et en Amérique latine où des efforts accrus s’imposent, afin de garantir l’accès à la contraception et à l’avortement sécurisé.Norbert Mwindulwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.