Now Reading:
Nord-Kivu : ouverture effective des travaux l’Assemblée Générale Ordinaire de l’ACOGENOKI à Goma
Full Article 8 minutes read

Nord-Kivu : ouverture effective des travaux l’Assemblée Générale Ordinaire de l’ACOGENOKI à Goma

La machine pastorale, ACOGENOKI a réuni ses membres  venus de toute la province du Nord et Sud-Kivu  ce lundi 22 octobre 2019 à Mbinza Hôtel.   L’objectif, faire un état de lieu de la situation de cette association et présenter ses atouts   et faiblesses à la nouvelle  patronne du gouvernement Carly Kasivita. Le ministre de l’agriculture et Elevage,  Pélagie leur a promis son soutien. Son actuel Président du Conseil d’Administration a appelé  l’autorité à s’impliquer pour que leurs terrains spoliés soient remis. Plusieurs visites ont été  également  faites par l’autorité de tutelle.

L’Association Coopérative de Groupement d’Eleveurs au Nord-Kivu dont Emmanuel Kamanzi en est le Président  du Conseil de l’Administration  depuis le 29  Janvier 2018. C’est en cette date précité que sa toute première Assemblée  Générale Ordinaire  avait été tenue  et en date de ce jour,  sa deuxième  Assemblée Ordinaire ouvre donc ses portes pour ses membres par le truchement du ministre provincial de la pêche et de l’élevage, Madame Pélagie Kabano , qui a représenté personnellement le gouverneur de la province à ses assises  empêché pour d’autres tâches de l’état a souligné  cette responsable.  A cet effet, madame, le ministre provincial a ouvert  cette grande messe  des patrons des  fermes    de la Province où  elle a tenue  à les remercier pour le sacrifie consentie afin que la province du Nord-Kivu relève le défis dans  ce domaine  pour le développement intégrale  de sa population  du Nord- Kivu en particulier et celui de la RDC en général.

L’autorité  a promis  son appui

 Elle les a promis son soutien indéfectible pour  que,  l’ACOGENOKI réalise ses missions  en faveur des concitoyens Congolais et se redynamise d’avantage. Prenant la Parole,  l’actuel patron de l’ACOGENOKI, Emmanuel Kamanzi  a donné  le programme  du jour, en commençant par la visite des plusieurs sites, propriétés privées de cette Association.  La parcelle qui a été consumée et consommée par la lave  du volcan Nyiragongo en 2002  a été visité et mise en évidence par la pose de la prière pierre de construction  pour un nouveau bâtiment que les éleveurs de notre province  veulent ériger  en cet endroit. Selon, le ministre Pélagie Kabano, ce nouvel édifice devra coûter  2 millions de dollars Américains  aux propriétaires des bovins  et ovins en province du Nord-Kivu.  Cette Association veut y construire une  bâtisse   de six niveaux d’étages, mais ils n’ont pas tous les fonds pour en finir  avec sa construction. De ce fait,  les membres comptent  sur certains bienfaiteurs pour les emboiter le pas.

Il faut qu’il y eu un début

 C’est la raison pour laquelle, ils  ont commencé   avec foi et conviction par la construction de la fondation du dit bâtiment. Le président Emmanuel Kamanzi en dit plus «  nous comptons pour  la cotisations de nos membres , de l’aide, des subventions de l’état congolais  comme celles obtenues dans le cadre du programme de 100 jours  du chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi  » énumère-t-il en soulignant que,  le président de la République leur a honoré avec une subvention de  plus 700 milles dollars Américains  pour construire une laiterie moderne  à Sake , dans le territoire de Masisi.

Ils ont remercié le chef de l’état Félix Tshisekedi             

 La laiterie de Sake   a été le deuxième site qui a été visité par le ministre provincial ayant en charge la pêche et l’élevage avec plus d’une centaine d’éleveurs venus de tous les territoires du Nord-Kivu et certains du Sud-Kivu. A ce sujet, les travaux avancent aux pas des géants,  pour l’Ingénieur architecte Nicolas, ils ont terminé la construction de la plateforme  où seront bientôt déposés les centenaires contenant les équipements  de cette laiterie ultramoderne achetée à l’extérieur du pays. Là, sur place, un bâtiment moderne  est en construction où seront placés  les bureaux administratifs  de l’ACOGENOKI.  Au retour de  Sake,   la suite du ministre provincial de l’agriculture, pêche et élevage   est passée voir le bureau  de cette imposante Association en RDC, qui a été réhabilité avec une partie du fonds alloué par  l’administration du Président Félix Antoine Tshisekedi.

Dans peu de temps, elle réalise une prouesse

Un bâtiment remis neuf où le ministre Pélagie a coupé le ruban  afin de permettre les éleveurs d’entrer dans leurs bureaux et de commencer avec les mobilisations de fonds pour leur émergence en commençant par l’état congolais. Le rêve de l’actuel président de l’ACOGENOKI est celui d’atteindre un niveau plus avancé de son développement afin d’atteindre le niveau qu’il avait en 1980.  Emmanuel Kamanzi reste convaincu qu’il  y a une ferme volonté à partir  du nouveau Chef de l’état  pour bouger les choses, celui du gouverneur Carly Kasivita et d’autres partenaires. Il soutient que,  son rêve si peu, sera une réalité quant à ce : «  il y a de cela une année, personne n’a pensé que l’ACOGENOKI pourrait être ce qu’elle devenue aujourd’hui, un géant est en train de se réveillé  car dans ce petit espace d’années , une pharmacie vétérinaire de cette association s’est déjà ouvert en faveur de ses membres et de la communauté » s’en  félicite-t-il. La visite s’est poursuivie  à la SABAGO, un abattoir de l’ACOGENOKI érigé  à Kituku dont  l’état  congolais  est actionnaire en raison de 40%, 50% pour l’Association  et les 10%   pour les privés, sociétés ou individus.

Des gens ont spolié ses parcelles  

 Cet abattoir a été créé il y a de cela 33 ans donc en 1986. A l’époque, La SABAGO  avait bénéficiée  de l’appui du Canada  et l’état congolais avait donné un terrain de 18 hectares   pour qu’il soit dans le nombre des actionnaires. L’actuellement SABAGO passe dans une mauvaise  impasse, ce terrain donné par l’état a été spolié par  certaines population  avec la bénédiction  de certaines autorités de la place, la justice  et l’un des anciens  responsables de  l’ACOGENOKI, à la Personne de Kananura. Le contentieux  existe bel et bien  devant la justice, mais le verdict tarde toujours. C’est pourquoi, le Président du Conseil d’Administration des Eleveurs en province,  Emmanuel Kamanzi a profité séance tenante de faire une fois de plus le plaidoyer au ministre provincial de tutelle pour qu’elle s’implique personnellement  et que  l’ACOGENOKI soit établie à ses droits, les plus légitimes.

L’ACOGENOKI doit être remise  dans ses droits

 Ce responsable  veut à ce qu’ils récupèrent toutes les superficies morcelée sinon l’état congolais aura  retiré ses actions de la SABAGO. Dans  cette condition, la SABAGO n’aura plus existe comme telle  car la part de l’état, qui est la parcelle est prise par des individus connus de  tous.   Emmanuel Kamanzi relance  donc un nouveau cri d’alarme au président de la République, Félix Tshisekedi pour qu’une solution à l’amiable soit trouvée  à ce problème. Peu après, la visite de la SABAGO, le site dit ‘’ base logistique’’ a été aussi visité  par  la délégation  du ministre  et sa suite.  Ici, l’ACOGENOKI a 2, 2 hectares  et un degré de spoliation en est  très élevé  et ceci  continue à faire la honte de la justice.  Après la mort du feu Kasuku, l’ancien président  du Conseil d’Administration de l’ACOGENOKI,  son vice-président, Kananura a vendu ces parcelles en lieu et place de leurs réhabilitations et constructions des nouveaux édifices.  Notre source informe que Monsieur Kananura a vendu 1, 26 hectares  de ces terres, propriétés de l’Associations avec  à son passif, une perte de 4 millions de dollars Américains. Là-bas, un seul hectare est resté au compte actif de l’ACOGENOKI  avec une occupation  en outrance des tierces personnes et des  nouvelles constructions en cours. 

Que les autorités s’impliquent pour les récuperer

 Le président Emmanuel Kamanzi a plaidé  pour l’implication de l’actuel gouverneur qui maitrise mieux  ces conflits  foncier  car ayant été lui-même  ministre provincial de tutelle pendant plusieurs années dans le gouvernement Julien Paluku.  Il faut dire que, le problème de spoliation des parcelles ACOGENOKI est une réalité douloureuse car plusieurs autorités en  sont impliquées,   y compris les  judiciaires, c’est la raison pour laquelle,   la sentence tarde a  tombé pour punir les fauteurs. L’affaire reste donc à suivre.

Norbert Mwindulwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.