Now Reading:
Nord et Sud-Kivu : La SUWE et SOS IJM se partagent de l’expérience pour obtenir la loi portant protection des défenseurs de droits de l’homme et des Journalistes en RDC
Full Article 4 minutes read

Nord et Sud-Kivu : La SUWE et SOS IJM se partagent de l’expérience pour obtenir la loi portant protection des défenseurs de droits de l’homme et des Journalistes en RDC

La Synergie Ukingo Wetu, SUWE /Nord-Kivu en abrégée  et SOS IJM  Sud –Kivu   organisent  un atelier d’échange d’expériences en matière de la protection des Défenseurs des Droits de l’homme et des Journalistes ce jeudi 08 Aout à  l’hôtel Cap Kivu à Goma.  La délégation du Sud-Kivu a salué la mobilisation  et l’accueil avec les quels leur  collègue du  Nord-Kivu  leur ont réservé pour ces assises.

les participants aux assises de Goma

Cette délégation  du Sud-Kivu  est venue pour échanger des expériences  entre les députés du Nord et ceux du Sud-Kivu. Ils ont comme objectif, d’obtenir  ici au Nord-Kivu à accompagner le processus de vote de l’édit portant protection des Défenseurs des droits Humains et des Journaliste.  Selon Me Justin Bahiré, Coordonnateur de SOS Information Juridique Multisectorielle en sigle SOS IJM ASBL, une ONG membre du comité de suivi de mécanisme de protection des Défenseurs des Droits Humains et des Journalistes en province du Sud-Kivu a de cela trois ans depuis que cet édit a été voté chez eux. Il en dit plus «  nous voulons donc que ces deux provinces sœurs puisse constituer le socle  et l’émergence  du développement de mécanisme  de cette catégorie d’acteurs de la société civile en Afrique en générale et en RDC en particulière » explique-t-il en poursuivant qu’ils espèrent  que, leur expérience pourra inspirer d’autres province de la RDC. Il soutient qu’Ils sont  venus au Nord-Kivu accompagnés de deux députés provinciaux  dont l’honorable Kindja Mandanga et son collègue Bisimwa Batangi, le président de l’UNPC, Egide Kitumaini   de leur province et un agent de l’ONG International CARITAS, Matilde Mihigo. Ces activistes soutiennent que cette loi puisse être votée au  niveau provincial que national  de la RDC ont-ils souligné.

La SUWE en fait sa préoccupation

Pour Batundi Hangi Vicard  de SUWE/Nord-Kivu, un autre mécanisme local de la protection en faveur des Défenseurs des Droits de l’homme et des Journalistes a salué à son tour ses collègues venus de Bukavu  et des députés provinciaux  engagés activement dans l’aboutissement de ce processus dans leur province depuis cela 2016.  Il a rappelé que sa province natale, le Nord-Kivu a déjà commencé a organisé des mini ateliers  dans ce sens depuis 3 ans  dans trois villes et les six territoires du Nord- Kivu.  

Il y a déjà des avancées

Cette proposition a été  par la suite validée lors d’un atelier précèdent à Goma par tous les acteurs concernés, un député provincial aurait  endossé cette initiative et le déposer au niveau de l’Assemblée Provinciale  du Nord-Kivu, mais jusqu’à présent cette loi n’a jamais été votée. C’est une raison de plus de la motivation de SUWE  car cet édit a déjà été jugé recevable  par cette institution provinciale  depuis  le 08 novembre 2018, mais jamais adopté faute du processus électoral du deuxième  législatif. Vicard Batundi parle de ces défis «  en cette période- là,  les élus provinciaux se précipitaient pour aller battre leur campagne, c’est la raison de ce retard » s’explique-t-il en saluant l’engagement des nouveaux députés nouvellement élus en province qui ne jurent qu’à son adoption, c’est le cas du  député Prince Kihangi , élu de Walikale «  aussitôt que nous avons été élu, nous avons été convié à un dîner parlementaire au cours de quel  nous avons été mis au parfait pour cet édit  et beaucoup parmi nous , ce sont appropriés ce processus  combien important pour notre électoral » insiste-t-il. Ces élus et leurs collègues du Sud-Kivu ont souligné que,  le travail des Défenseurs des Droits de l’Homme et des Journalistes reste complexe pourtant ce travail contribue énormément à la promotion d’un état de droit , de la démocratie  en RDC, mais curieusement lorsqu’ils dénoncent ces abus, ils accompagnent les victimes de violation de droits de l’homme, publient des rapports ou des reportages   de ces violations de droits de l’homme , ils deviennent à leur tour victimes de menaces , mais au pays ni en province, il n’y a jamais eu un cadre légal pour leur couverture. Il faut dire que,  sur cette loi est promulguée, le Nord-Kivu sera la deuxième province à voir cette loi après a province voisine, du  Sud-Kivu ; deux jours vont suffire pour finir ces travaux en faveur de cette couche sociale au Nord-Kivu.

Norbert Mwindulwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.