Now Reading:
Masisi : MSF/Belgique suspend ses activités médicales
Full Article 2 minutes read

Masisi : MSF/Belgique suspend ses activités médicales

point de presse de MSF/Photo droits de tiers

L’ONG international Médecins sans frontières suspend depuis 4 jours déjà, ces appuis médicaux aux structures sanitaires de Masisi. Cette décision fait suite au braquage le mardi dernier des équipes  MSF Belgique.  Cette situation provoque des conséquences graves sur la santé des  patients. Plusieurs malades sont sans soins ambulatoires et d’autres, chassées.

Dans une lettre adressée à l’Administrateur du territoire de Masisi que nous avions parvenus à obtenir une copie, le chef de mission MSF  Belgique/RDC  précise que le braquage du 12 juin en cours  au niveau de Bunde, à mi-chemin entre le territoire de Masisi et la chefferie de Nyabyondo, à plus de 80 Km au  nord-ouest de Goma,  est le deuxième cas  de braquage en  ce mois de juin au même endroit et  la 7e embuscade  dont tombent victimes les travailleurs humanitaires de MSF Belgique  dans ce territoire.  Monsieur  Carrel Jonson, souligne que,  la récurrence de ces incidents sécuritaires contre les humanitaires, est une atteinte grave à leurs actions.  Il a invité ses collègues de suspendre depuis le mercredi dernier  les appuis médicaux de Médecins Sans Frontières Belgique dans la zone de santé de Masisi hors-mi,  les activités des soins urgentes  à l’hôpital général de Masisi et au centre hospitalier de Nyabyondo. Ce haut cadre de cette ONG Internationale  dit attendre les autorités congolaises  leur offre des garanties réelles et crédibles pour leur sécurité.  Par ailleurs, le président de la société civile locale de Masisi que nous avions contacté, avance déjà certaines conséquences liées à cette suspension des activités «  cette décision prise par MSF Belgique a déjà des effets collatéraux. Par exemple, les travaux de construction des nouveaux  pavillons au centre hospitalier de Nyabyondo  sont arrêtés et depuis le jeudi dernier,  des centaines des malades sont chassés sans soins ambulatoires gratuits qu’offraient MSF» révèle Amani Bakulu en plaidant  pour des solutions  d’urgence du gouvernement.

Norbert Mwindulwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.