Now Reading:
Goma : Congo Peace Network renseignent sur les démarches à suivre si l’on veut contester les résultats électoraux
Full Article 4 minutes read

Goma : Congo Peace Network renseignent sur les démarches à suivre si l’on veut contester les résultats électoraux

L’attitude des électeurs dans la prévention durant la période post-électorale, c’est le thème d’une tribune d’expression populaire  citoyenne organisée par  Congo Peace Network. Des centaines des jeunes de Goma, des candidats  aux dernières élections, le juriste  et la police  ont pris part dans cet échange. Des questions ont tourné au tour des violences qui surgissent durant la période postélectorale.

Des invités pour la plupart des jeunes à cette tribune d’expression ont pris leur temps pour échanger. Au cœur de leurs échanges, ‘’l’attitude des électeurs durant cette période  postélectorale notamment  comment prévenir les violences en quand  des contestations des résultats électoraux  issues des urnes’’. Pour les organisateurs, leur but  consiste à conscientiser ces jeunes  à adopter des attitudes non violentes  pendant cette période et  se référer  à la loi électorale en quand des contestations électoraux. Wiston Wipekesa, assistance au programme au sein de Congo Peace Network en dit plus «   notre but est d’amener les électeurs à adopter des attitudes non violentes  et à savoir user des voies de recourt  en cas de probable contestation  »déclare-t-il en poursuivant qu’il y a certains moments  Congo Peace Network a observé une tendance  qui pourrait donner lieu à des  violences. C’est pourquoi, cette Organisation non gouvernementale voudrait outiller ces jeunes  au travers son programme de l’éducation électorale, de ce que prévoie la loi en cette matière. Les politiques ont expliqué à cet effet,  ces jeunes ce que réellement prévoit la loi  pour introduire des recours. Des participants à cet échange démocratique, pensent que le problème se pose au niveau de leur  ignorance  afin de revendiquer pacifiquement leurs droits.   Erick Kambale est l’un  de ces jeunes «   nous sommes dans le processus électoral qui réchauffe les humeurs et nous ne savons pas par où commencer pour réclamer ses voix d’où, le début de violence qui finit souvent par de casse » reconnait-t-il sagement en ajoutant  qu’il est important de savoir tout le processus et attitude à adopter afin de préserver la paix chèrement acquise en RDC. Cette séance d’échange a été aussi pour les professionnels des droits , une occasion de donner des directifs à suivre en cas de contestations ou des revendications  des résultats électoraux , Me Jean-Luc Bahati , avocat au barreau de Goma  et défenseur des droits humains à Goma «  la loi électorale  a prévu que ça soit le candidat  où son mandataire  qui le réclame, de deux que ça soit  le regroupement ayant présenté la liste du candidat  qui peut introduire le recours soit  à la CENI » explique-t-il en continuant soit  contre une décision de cette dernière  à la proclamation provisoire  ou contre un arrêt ou un jugement d’un tribunal  qui ne rencontre pas leurs attentes. Cette loi prévoie un de lai  de 4 jour  pour le regroupement ou un candidat qui conteste cette décision et un délai de deux jours  le candidat indépendant où son mandataire qui contestait le résultat à la présidentielle. Ici, la personne qui introduit ce recours doit avoir la qualité pour le faire. Par ailleurs, la police nationale Congolaise qui a participé à ces travaux a souligné que, son rôle est de  maintenir l’ordre public  afin d’empêcher toute violence en cas de contestation des résultats. Capitaine Kitenge est assistant de commandant ville de Goma «  même s’il y a des contestations, les jeunes doivent revendiquer leurs droits dans un climat de paix en respectant aussi les droits des autres » En définitive, les participants à cette tribune d’expression ont pris l’engagement de sensibiliser leurs pairs.

Norbert Mwindulwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.